Et ouais je suis restée 7 mois sous silence juste pour que vous vous sentiez incroyablement perdus et tristes à mourir sans moi.

Cest le cas hein ?

Bon je ne vais pas revenir sur ma grande aventure à travers l'Asie, la chiasse, les baleines, la noyade, le typhon, le singe fou, toussa toussa... Non pour ça faut suivre la page Facebook Partir un jour - Blog voyage, je raconte toutes mes comiqueries de voyage.

Aujourd'hui, c'est un peu nos retrouvailles. Alors j'espère que tu vas bien et que tu es toujours là car je compte bien reprendre du service. C'est fini les vacances, tu vas devoir me lire, commenter, me supporter. Je suis désolée.

Je t'avoue qu'encore aujourd'hui je me demande ce que je vais bien pouvoir te raconter après une telle expérience. Je suis sûre que ça va venir !!!

En début de semaine, j'ai repris le boulot après 7 mois d'inactivité professionnelle, de vagabondage et d'esprit libre. Et ÇA, crois moi, c'est quelque chose à raconter !

Déjà, le dimanche après-midi, j'étais fébrile. Comme une boule au ventre à l'idée de retourner bosser, de passer de la liberté à l'emprisonnement (la meuf exagère à peine !), de revoir mes collègues (celle qui mange fort, celui qui a toujours raison, celle qui stresse tout le monde, celui qui se suce les dents après le déjeuner... et tous les autres).

Dylan Furst 2

Lundi, j'ai lavé mes cheveux gras et j'ai enfilé mon nouveau tshirt. J'ai encore 5 ans dans ma tête. Quand j'étais petite, ma mère nous offrait toujours une nouvelle tenue pour le premier jour d'école. Un peu comme pour nous faire avaler le suppositoire de la rentrée : genre, les vacances, tu les as dans le cul, maintenant va falloir bosser. Depuis, j'ai toujours gardé cette tradition, même si ce n'est plus ma mère qui met la main au cul... euh... à la poche et ça, c'est bien dommage ! Premier stage, premier emploi, premier retour... Je crois que je suis tellement poissarde que j'ai l'impression que ça va me porter bonheur !

Et je me suis lancée. Tout le long de la route, j'ai revécu mon voyage. Je voyais les temples dorés de Birmanie, la mer bleue des Philippines, le riz... partout, les petites bêtes, les grands éclats de rire... Purée, j'ai le cafard (sans mauvais jeu de mots - Hu hu hu) ! J'étais encore fébrile quand je suis arrivée. Mes collègues copains m'attendaient à la cafet pour le café. Je les avais déjà revus mais c'est plus fort que moi : j'ai fondu en larmes. Je réalisais que j'avais pas du tout envie d'être là. Quitte à choisir, je voulais bien retourner vomir dans mon tuba (ouais, il m'est arrivé des choses cool, si tu savais). Mais pas là. S'il vous plaît. Pas déjà. J'étouffais déjà.

Et puis je suis montée dans mon service, où j'ai eu un super accueil. Ils m'avaient préparé un goûter, ces cons ! Ils ont été adorables. Tu vois, ils sont ce qu'ils sont mais ils sont gentils quand même. J'ai passé un bon moment à leur raconter mes aventures quand Monsieur Héhojexiste me laissait parler et n'essayait pas de caser qu'il avait vu un scarabée pendant ses vacances, j'ai répondu à leur curiosité (non, les gars, on se calme, je ne vais pas me marier, je ne suis pas enceinte, tu arrêtes de dire que ma vie est naze, OK ?). C'était un chouette moment.

Ma RH m'avait demandé de passer à son bureau. J'ai essayé 1 fois, 2 fois, 36 fois... Elle était toujours aussi occupée ! Mais à chaque fois, je croisais quelqu'un et c'était reparti je devais reraconter pendant 20 minutes. Mes collègues ont lancé au moins 3 alertes enlèvements à mon sujet dans l'après-midi. Je ne sais pas si tu as déjà voyagé, mais c'est hyper dur de raconter un voyage, les sensations, ce qu'on a vécu, ce qu'on a préféré. Moi je mets toujours du temps pour accoucher parce qu'au début, je veux garder mes souvenir pour moi.

Je ne te raconte pas : j'ai eu l'impression de raconter trente-douze fois la même chose, les phrases toutes faites. Je commençais à manquer d'adjectifs. Du coup, j'en inventais. C'était magi-fique, extraorduper ou encore  amazinial ! Toute la semaine, je n'arrivais même pas à aller pisser sans qu'on me pose des questions, qu'on me demande de raconter. C'est chou mais je vais devenir incontinente !

Clairement, qu'on se le dise, je n'ai absolument rien foutu de la journée. Déjà, pour ça, il aurait fallu que je me souvienne de mes identifiants de session, puis ceux de ma boîte mail et également ceux de mes logiciels. 6 mois plus tard, il n'y a plus personne. J'ai vraiment l'impression qu'il ne me restre plus qu'un neuronne ! C'est dramatique !

J'ai pu constater que ma remplaçante ne manquera pas à grand monde. Bonne nouvelle pour moi ! Bon elle m'a piqué un stylo mais je préfère ça que mon poste !

Dylan Furst

Vers 17h30, j'ai enfin réussi à voir ma RH qui ne voulait pas me faire signer de documents, ni même me virer (ouf - j'ai eu peur qu'elle découvre que j'avais volé un paquet de post-its), ou encore me donner des nouvelles de la boîte. Elle voulait simplement me remettre le ruban pour Octobre rose. J'ai trouvé ça génial qu'elle soit aussi pressée surtout pour une cause qui me tient particulièrement à coeur.

Montrez toutes vos boobs, les gonz !

Euh... Rhabillez vous, c'est gênant ! Cet article part en couilles (après les boobs, les corones...) J'ai pas dit devant l'écran, mais montrez vos seins à votre médecin. Bande de tarées, va ! (Lyna, je t'ai vue !)

Bref, je suis rentrée le soir, la tête pleine comme un chou fleur alors que je n'avais rien foutu. Le pire, ça a été le lendemain où j'ai vraiment dû mettre les mains dans le camboui (ce moment où tu crois que je suis garagiste). Après 6 mois en off, tous les automatismes sont pas encore là, la concentration peine à s'installer et je manque d'air souvent dans la journée mais bon, je pense que ça va revenir.

Toutefois, je ne me plaindrais pas (comme si c'était mon genre !) parce que mon retour se passe plutôt bien alors que celui de mon mec est plutôt chaotique et ça se passe bien du tout pour lui au boulot. Bon du coup, faudra pas m'en vouloir si j'ai pas toujours le temps d'être au taquet. Faut que je prenne soin de lui. Coeur coeur love.

Quoiqu'il en soit, on est ravis aussi de retrouver notre chez nous, notre ville, nos copains, notre famille et on a plein de projets pour l'année qui auront le mérite de me donner des choses à raconter ici. Pas de panique !

Enfin voilà, je suis reviendue de toute mon âme et de tout mon body, prête à vous resaouler avec mes aventures en carton et ajouter une pluie de paillettes dans vos vie. Je vous love, les boloss !

*Photo Dylan Furst