Sacré cap en vue ! Le fameux cap des 30 ans. On en aurait presque des frissons dans le dos.

A l'heure où je viens d'acheter mon premier pot de crème Première rides rassurez-vous je n'en ai pas encore vraiment, hein, je suis bien obligée de constater que je me rapproche sévèrement de mes 30 ans, faut pas le dire fort. Je me refuse à tout bilan ou à toute comparaison avec mes expectations d'enfant qui pensait naïvement qu'à 30 ans elle serait mariée, avec 3 gamins, 1 chien, 2 perroquets, 1 Scénic et dans une grande maison de laquelle on descendrait par un toboggan  - Ahem ! Et puis dans le fond, même si tout le monde en fait tout un plat, moi, ça ne me fait pas grand chose d'avoir bientôt 30 ans. Presque rien. C'est plutôt de me dire que dans 10 ans (+1), j'en aurais 40 qui me donne des suées qui coulent dans le dos ! Mais bon... Petite, je me disais qu'à 40 ans, on n'était que de vieux croûtons qui allaient mourir incessament sous peu. Les enfants sont formidables.

Après, je dois bien vous avouer que ça ne m'empêche pas de déjà me prendre de sacrés coups de vieux de temps en temps. Tu vois, déjà, au boulot, je suis arrivée la plus jeune et pendant quelques années, je le suis restée. J'ai bien dû me faire une raison quand la génération années 90 est arrivée en masse, sans enlever ses chaussures, en char d'assaut prêt à assaillir, tout pimpants, le marché du travail ! Les p'tits cons ! Quand je vois aujourd'hui qu'on a des stagiaires/alternants/CDD de 1997, j'en ai mon tit coeur qui se fissure.

_Maria_Svarbova
Photo Maria Svarbova

Finalement, je me suis surprise à les adorer mes petits jeunes. Je sors même avec eux en Afterwork et ma plus grande victoire, c'est quand je les couche tous ! Elle en a de la bouteille, la Paula ! Pinaise, l'expression de ieuv, ici ! Bon n'y voyez pas une preuve de pure altruisme. La petite Mindy me demanderait d'ailleurs : "C'est qui Al Truisme ?" et, croyez-moi, ce n'est pas son sens de l'humour qui parle. Non, si je reste avec eux, c'est un peu dans l'espoir de me maintenir vivante, de rester au fait, à la page. Bon va vraiment falloir que je revois mon vocabulaire si je veux rester "jeune". Alors, j'apprends des expressions qui, dans ma bouche, résonnent aussi mal que quand ma mère essaye de se trouver une fringue qui lui plaise/aille chez Pimkie :

"JPP" --> J'en peup' --> J'en peux plus (pour ceux qui sont encore plus vieux que oim).

"Balec" --> Je m'en bats les couilles.

Une fois, je me suis fait grillée sévère :

"Ca fait combien de temps que tu bosses ici, Paula ?"

"Bientôt 8 ans".

"Oh Boy ! Mais tu as quel âge ?"

"Bientôt 30 ans !"

"Purée ! Tu ne les fais pas !!! J'en reviens ap !"

Ouf, ça me rassure ! Ils me prennent encore pour l'un des leurs. Camouflage réussi !

Bon après, il n'y a pas qu'au boulot où bon, la populasse te fait sentir que tu avances pépérouze sur le chemin de la vie. Déjà, il y a tous ces... tous ces... gens ? connards ? enculés ?  dans les magasins/administrations/lieux publics qui t'appellent vulgairement :

"Madame !"

J'ai jamais aimé ce mot ! Il fait sévère, sérieux et terriblement mal. Parce que forcément, à un moment de ta life, ça se lit sur ta tronche ou alors, c'est moins évident-évident que tu es une demoiselle. Et ça te rappelle à ta condition première : tu n'es pas une dame. Et toi, comme une conne, tu te sens obligée de te justifier :

"Mademoiselle. Je ne suis pas mariée. Enfin, je suis en couple. Mais il ne m'a pas demandé. Encore. Enfin, j'sais pas. Peut-être qu'un jour il le fera. Mais vous savez, on est un peu des handicapés du sentiment et puis..."

Et tu rames, tu rames...

Bien sûr, il n'est pas rare que ces gens-connards-enculés me demandent également où sont mes enfants et/ou si je compte m'y mettre un jour ou l'autre. Décidément, ils n'en ratent pas une ! La planète a encore beaucoup d'efforts à faire pour éradiquer la norme sociale ! Je suis à 2 doigts de louer des gosses pour faire bonne figure de temps en temps. Alors ne parlons pas des gens qui ne comprennent pas que je préfère voyager plusieurs mois que de procréer dans l'immédiat. On a toute la vie pour les emmerdes !

Je dois vous confesser que, parfois, je pourrais tuer. Autant, les sujets précédents, je les accueille avec le sourire mais là... Je pourrais prendre le premier objet qui passe Ô, un flingue ! et le foutre sur la tronche de mon interlocuteur ! Il suffit qu'il me dise :

"Bientôt 30 ans ? Traîne pas : tic-tac-tic-tac !"

La société a t'elle besoin de te rappeler sans cesse que tu es soumise à une horloge biologique qui va se montrer de plus en plus capricieuse ? Je ne crois pas, non. Comme si on ne s'auto-mettait pas déjà assez la pression. On a fait le choix de se sentir free plus longtemps que certains, pas la peine de juger en permanence !

Sinon, il y a quelques semaines, j'ai pris un autre coup de ieuv ! Je suis devenue la voisine relou qui demande de faire moins de bruit alors que jusqu'à présent, c'était chez moi qu'on venait frapper. Alors bon, du coup, j'ai essayé de le faire avec style :

Capture_d_e_cran_2017_10_12_a__09

Et puis mon corps se rappelle à moi et à mon âge. Vous le croirez ou non mais j'ai choppé une Textonite la tendinite du pouce à force d'utiliser mon téléphone portable. C'est plus d'mon âge ces conneries ! Ca fait quoi ? Aujourd'hui, mon pouce se bloque plusieurs fois par jour jusqu'à ce que je le débloque en le pliant, ce qui le fait craquer, ce qui me fait mal. Bref, c'est la fin !

Enfin voilà, je suis à 2 doigts et (12 mois) de mes 30 ans : bon finalement, je reviens, je vais me noyer dans un pot d'acide hyaluronique !

Pluie de paillettes sur les trentenaires !