C'était un dimanche.
Il voulait voir France-Irlande, boire des bières, voir les copains.
Elle voulait pleurer chez elle au calme, comme depuis le vendredi soir, elle n'arrêtait pas. Tomber amoureuse d'un plan cul, ça craint. Tomber amoureuse d'un plan cul macho et geek, c'était trop pour elle.

Un de ses copains proposait d'aller voir le match dans un bar et avait besoin de recrues dans l'après midi pour réserver des tables pour tout le monde. Elle a longuement hésité en pesant la balance entre 1 bière et 1 sieste. Malgré la fatigue : elle le savait, la bière gagne toujours.

__Autophoto___Exhibition_at_Cartier_Foundation5

Autophoto, Exhibition at Cartier Foundation

"Juste une et je rentre".

C'est avec les cheveux gras, un tshirt sale et des baskets qu'elle y est allée.

Il est allé dans un pub avec ses coloc'. L'ambiance était là : cette coupe du monde de rugby, il l'avait attendue.

Elle avait rejoint 2 copains qui gardaient les tables pour la horde de copains qui devait arriver. Elle a donc pris sa bière. Les copains sont arrivés et, en moins de temps qu'il ne faut pour que Mémé tombe dans les orties, le bar était rempli à craquer. Le match allait commencer.

Au bout d'un match, il en avait eu un peu marre de la foule et aussi de ses colocs', soyons clairs. Alors, il a changé de bar pour rejoindre un copain dans un bar on ne peut plus bondé. Sur la longue table, il restait une place. Parfait, il s'était assis en face d'une blondinette qui, visiblement, n'y connaissait rien au rugby.

Elle avait failli partir. En plus, ses meilleurs copains étaient à la table derrière mais avec la foule dans le bar : impossible d'aller les voir, impossible de sortir. Du coup, elle a recommandé une bière. Un copain d'un copain, inconnu au bataillon, est arrivé et s'est installé en face d'elle. Les conversations autour de la table allaient bon train, bien qu'elles soient souvent interrompues de cris "Allllllezzzzzz ! ", "Ooohhhhhh !" ou de "Biennn joué, ça !". Alors si elle essayait aussi de s'y atteler, elle avait l'impression d'être toujours à côté de la plaque.

Il était donc le seul qui avait entrepris de lui expliquer les règles du rugby. La conversation était lancée.


Ce soir là, on a pu vérifier que le "Juste une et je rentre" était un mirage d'autopersuasion qui ne tient pas debout. A la troisième bière, les deux s'étaient retrouvés au bar pour commander une nouvelle bière. Pleine d'assurance, elle lançait :

"Le premier de nous deux qui a sa bière a gagné !"

Il était malin. Il adorait les défis mais détestait perdre. Or, quand elle l'avait mis au défi, il avait accepté d'office, tout content de lui, car sa bière, en réalité, était déjà en train d'être servie.

A la mi temps, elle sortait avec la foule du bar pour aller se craquer une cigarette. Un de ses amis disait au jeune homme :

"Vas fumer, on garde la table !"

"Je ne fume pas, merci."

"Vas fumer, je te dis !" insista l'ami comme s'il avait déjà vu la petite flamme entre les deux qui, eux-mêmes, ne s'étaient rendu compte de rien.

C'est ainsi qu'il se retrouvait dehors avec le groupe des fumeurs et la demoiselle avec qui, il faisait lentement connaissance et qu'il commençait à trouver de plus en plus jolie. L'ami entremetteur de la demoiselle remarquait que le courant passait plutôt bien entre les deux.

"C'est mon amie. Elle est célibataire. C'est une fille bien, déconne pas."

C'est vrai que ces derniers temps, après une rupture difficile, il avait plutôt envie de passer du temps sans prise de tête avec les filles. Mais quand même celle là, il l'aimait bien. Pas de pression, se dit-il.

Quand le match s'était terminé, toute la ribambelle d'amis était sortie du bar et une partie se mit en quête de quoi sustenter les estomacs de tous. Sur la route, la paire faisait connaissance et se marrait franchement bien. Les 2 savaient qu'ils se reverraient mais ils ignoraient en quels termes, dans quelles conditions. Parfois, on fait des rencontres sans arrière pensée. Ils ont donc immortalisé l'instant avec un petit selfie qu'ils ont encore chacun dans leur téléphone aujourd'hui. La photo est fidèle à la soirée : floue, fun, tendre. A cet instant là, tous les autres autour avaient compris qu'ils assistaient au début de quelque chose. Seuls les protagonistes se voilaient encore la face.

L'entremetteur avait même envoyé un sms à sa copine pour lui demander de rappliquer car il se passait, je cite, "un truc de dingue".

C'est seulement après quelques heures après leur rencontre que la jeune femme commençait à se dire que le jeune homme en sa compagnie la faisait rire, était plutôt pas mal avec ses petites oreilles décollées son péché mignon, et que cette soirée, loin d'être terminée et complètement fortuite, lui faisait le plus grand bien après sa soirée de vendredi. Et si finalement cette entente naturelle n'était peut-être pas un hasard après ces rendez-vous ratés depuis quelque mois ? Ils étaient déjà loin derrière le geek macho de la campagne, le poète, M. Chasse aux trésors ou chicots d'Somain !

Ils décidèrent d'échanger leurs numéros respectifs ou plutôt leur Facebook, la demoiselle étant incapable à cette heure de la soirée de se souvenir de son numéro.

Tous se rendaient alors compte que trouver un truc à manger rapide pour 15 un dimanche soir s'avèrait compliqué. Un retour au bar s'imposait. Alors que la troupe reprenait la route et qu'ils se retrouvaient un peu à l'écart, il décidait de l'embrasser. Un beau premier baiser où même si la circulation continuait de s'imposer autour, plus rien n'existait.

Finalement, elle le tira par la manche en lui disant "Viens, on va boire un verre !" comme si ils en n'avaient pas assez bus. Elle avait envie de discuter avec lui, quitte à se séparer du groupe pour un moment. C'est donc tout naturellement qu'ils sirotaient ensemble une dernière bière. Sur la terrasse du café, ils virent passer un à un les copains de la demoiselle, partis tour à tour se chercher un truc à manger, tous la regardait avec un air amusé et lui firent des clins d'oeil :

"Petite coquine, va !"

Finalement, les deux tourteraux décidèrent de passer la nuit ensemble. Ils pensaient qu'il était 1h du mat', il n'était que 22h. Il faut dire qu'ils avaient commencé à fetsoyer assez tôt. Quand le réveil sonna, les deux eurent un instant de malaise.

"Et si en allumant la lumière il/elle ne me plaisait pas ?"

Finalement, chacun a été rassuré sur ce qui était de l'autre côté du lit. C'est avec le coeur et les roubignoles léger(s) qu'ils sont allés bosser en ce lundi matin.

___Essential_Living___by_Jack_Dally5

Essential living par Jack Dally

Pourquoi je vous raconte tout ça ? Parce que Elle, c'est moi et Lui, c'est celui qui partage ma vie depuis 2 ans aujourd'hui. C'était une rencontre commune et drôle à la fois. Je me disais l'autre jour en le regardant que j'étais tombé sur le gros lot : un sourire à faire mouiller la culotte, des yeux charmeurs, un humour unique et puis, sans oublier que c'est un vrai gentil moi qui pensais ne pas aimer ça... : il est attentionné, prévenant, doux, patient aussi et à la fois, c'est pas un mou, on se marre tout le temps et on ne s'ennuie jamais. Depuis cette rencontre, on a appris à s'apprivoiser, on habite désormais ensemble et on a déjà quelques projets à venir. Se barrer à l'autre bout du monde avec lui pendant 7 mois, j'estime que ça fait d'ailleurs partie des gros. Je crois que je suis heureuse d'être avec lui. J'ai l'impression qu'il est ma pièce de puzzle : sans mauvais jeu de mot - ce n'est tellement pas mon genre, on s'emboîte parfaitement, on se complète, on se tire vers le haut, on se rassure, on se motive, on se booste !

Y a t'il une façon correcte de finir cet article ? Je ne sais pas même si je pourrais en parler 2 heures. Ce matin, je suis partir un peu vite, j'ai donc hâte de rentrer le retrouver et fêter cette fête de l'amour, cette réussite commune à nous ces 2 ex-handicapés de l'amour, justement.

 

 Pluie de paillettes sur l'amour !