Tu vas voir, on va bien se marrer.

On dit toujours qu'une voiture est un gouffre financier. C'est pour ça que pour par être emmerdée avec autre chose que le plein d'essence et l'assurance, j'avais une stratégie : j'ai acheté une voiture neuve il y a quelques années, de quoi être peinarde quelques temps. 

Ma technique a été formidable... pendant 5 ans. C'est tellement agréable de sortir du contrôle technique ou de la révision et d'entendre le garagiste dire "C'est parfait : il n'y a rien à refaire !". Il parlait bien de ma voiture, hein. Pas de mes seins.

Sauf que forcément, l'âge de Titine avançant d'habitude j'ai en horreur les gens qui appellent leur voiture Titine, il y avait des shmoules sous le capot. Et j'ai commencé à raquer. Dernier raquage en date, j'ai mis ma voiture au contrôle technique en juin, PER-SUA-DÉE que, comme d'habitude elle allait en ressortir avec les félicitations du jury. Bon. Le monsieur a dit que Titine était malade des freins, que c'était dangereux et qu'il fallait que je fasse réparer tout de suite. Déjà, j'aimais pas beaucoup ce monsieur qui faisait le contrôle technique de véhicules ne lui appartenant pas et qui contiennent des substances inflammables, la clope au bec.

Je suis ressortie avec une contre visite et j'ai vécu ça comme si on venait de me mettre 1h de colle.

Franc_ois_Dourlen

Du coup, je suis allée voir un petit garagiste qui m'a vue arriver de loin, avec ma chevelure blonde, mes gros nibards et mes escarpins. Il s'est dit, celle-là, si elle s'y connaît en mécanique, je deviens danseur étoile. Il m'avait prédit la réparation pour 100-150 euros. Bon je ne m'en sortais pas trop trop mal en théorie. Mais si on allait tous vivre en Théorie, tout se passerait bien. Au final, le monsieur a décrété, SANS ME PREVENIR au préalable, qu'il fallait changer 2 pièces au lieu d'une et du coup

"350 euros, s'il vous plaît !"

WHHHAAAATTTTTTT ?

A l'instant présent, je déteste les garagistes. Et les plombiers. Et les dentistes aussi. Là où l'histoire aurait pu se terminer sur une simple magouille de mécano et bien ça continue. Je retourne donc légèrement agacée au contrôle technique et aussi fière d'avoir fait la bonne élève, les réparations demandées ont étés faites. Le soir, je viens récupérer Titine arrête Paula, arrête ! l'esprit léger car je sais que tout sera dans l'ordre. ET BIM ! RE-CONTRE-VISITE / HEURE DE COLLE ! Tu te souviens de mon rétroviseur arraché et qui tenait jusqu'à présent à l'aide d'un scotch que j'avais galéré à trouver ? Et bien figure toi qu'en une semaine, c'était devenu impératif/indispensable/urgent/vital de le changer et d'en mettre un neuf. Ainsi que le petit capuchon qui protège l'ampoule sur le feu de la plaque d'immatriculation, moi qui ne savais MÊME PAS qu'il y avait des feux de plaques. Comme si quand j'ai fait les freins, il ne pouvait pas me dire que je devais les changer aussi.

"Je vais donc devoir faire des réparations pour des trucs que d'autres personnes incivilisées ont fait ?"

"C'est ça."

"Et ça ne vous pose aucun problème ?"

Visiblement non, il s'en lavait les mains avec son chiffon tout noir. D'ailleurs, j'aimerais qu'on m'explique comment peut-on espérer avoir les mains propres avec un torchon noir et gras. C'est comme si je me lavais les dents avec du cirage... Ahem !

Du coup, me v'la partie en chasse d'un rétroviseur que bien sûr je ne trouvais pas. L'avantage dans tout ça même si je doute que ça me serve un jour, c'est que je suis devenue incollable en casse automobile, sachez-le. Vous cherchez un carburateur ? Vous avez besoin d'une culasse ? Venez me voir, je sais à quoi ça ressemble désormais.

Je suis passée voir un copain mécano qui habite loooiinnn-trop-looiinnn mais au moins si je ne me fais pas avoir pour 3500 euros de pose de rétro, ça m'arrange. Il m'a fait ça gratos en 5 minutes. Il m'a dit qu'il n'avait pas de petit capuchon pour feu de plaque mais qu'il n'y avait pas de raison pour que ce soit un motif de contre visite de contrôle technique. Qu'il n'avait jamais vu ça.

J'ai donc décidé de jouer à mon jeu préféré : la gourdasse. Dans ma tête, ça sonnait comme ça :

"Bonjour Monsieur, voilà, je dois changer mon feu de plaque pour la contre-visite -lèche-cul- mais le problème, c'est que j'ai appelé TOUTES les casses de la région -lèche-cul- et il n'y en a pas. Vous voyez j'ai bien réparé les freins et bien remplacé mon rétroviseur cassé -lèche-cul-lèche-cul-lèche-cul- donc je me disais que peut-être pour cette minuscule pièce qui n'entravera pas ma conduite, ça pourrait passer, non ? -tête inclinée-sourire cucul - tournicotage de mèche -"

Ce à quoi, on est tous d'accord, il aurait dû répondre ça :

"Evidemment ma bonne dame. Votre bonne foie est aussi généreuse que votre poitrine, on va l'oublier cette mini pièce !"

Non. Le garagiste a préféré entretenir ma haine de la profession en me signalant non seulement que c'était pas négociable et qu'en plus je n'avais pas beaucoup de temps. CON.

J'ai finalement appelé tous les concessionnaires de la région pour acheter cette minuscule pièce neuve. Cela n'a pas été une mince affaire parce que, semble t-il, toutes les concessions ont décrété qu'elles poseraient leurs vacances en même temps. Viens, on disait, on les emmerde tous avec leurs bagnoles ?

Bon là, j'ai pleuré mais je vous épargnerais les détails de ma morphontitude du jour parce que de toute façon, je ne sers à rien, je suis pas fichue de trouver une pièce lamentable et que ce soit mes potes ou le garagiste, personne ne m'aime. #jaidusangmarseillais

J'ai donc mangé un Snickers pour me calmer, j'ai repleuré parce que du coup j'allais sûrement reprendre 1 kilo et j'ai décidé de focuser sur ma recherche initiale. J'ai songé un instant aller chez mes parents à la nuit tombée avec une cagoule, piquer la pièce sur la voiture de mon père et lui remettre après le contrôle technique. Mais comme j'ai peur dans la rue la nuit... On est courageuse où on ne l'est pas, hein ! Après environ 72h 15326 h d'appels téléphoniques, j'ai fini par un trouver UN concessionnaire pour lequel j'ai dû me déplacer pour passer la commande parce qu'au téléphone, c'était pas possible. BIEN EVIDEMMENT. J'adore passer ma all life dans les garages au détriment de ma vie sociale, ne vous en faites pas.

Je me suis donc déplacée à 30 bornes de la maison, j'ai attendu derrière 36 personnes qui ne comprenaient pas pourquoi leur voiture ne pouvait pas être réparée dans la seconde parce que, vous comprenez, je pars en vacances demain. J'ai failli leur dire que c'était tous des connards de faire sa révision de voiture la veille du départ mais j'avais pas envie de parler.

A mon tour. Le monsieur a commandé la pièce et a programmé la pose pour le lendemain. Donc là, si tu suis bien, il m'annonçait que le lendemain je n'irai pas me saoûler la gueule avec les copains, tout comme je ne passerai pas la soirée avec Jude, tout comme je n'irais sans doute pas au cinoche avec les filles... Bref que j'allais devoir sacrifier ma 15ème soirée pour ma voiture. Joie. Bonheur. Volupté.

Au final, montre en main, il a mis 1mn47 à changer la pièce et encore, il n'avait pas la bonne pince. Et comme il avait dû comprendre toute la désespéritude que j'avais en moi, il ne m'a pas fait payer la pose. Les garagistes, vous remontez à +1.

Voilà, pour un bête contrôle technique, ma voiture a silloné le all Nord, vu 5 garagistes différents, eu au moins 18 faux espoirs...

Ne vous inquiétez pas quand j'aurais digéré tout ça, je trouverai bien une autre profession à détester. Des idées ?