Et oui ! Moi aussi je suis passée à la cup !

Pourtant, j'étais une grosse afficionado des tampons. J'ai très vite commencé à en mettre après mes premières règles, à cause du sport et surtout parce que j'avais l'impression avec les serviettes  d'avoir un parpaing dans la culotte et que tout le monde le voyait. Au début, les tampons, c'était pas la joie, je marchais comme un cow-boy parce que je ne les mettais pas bien et que ça me faisait un mal de chien. Ensuite, ça a changé ma vie ! Rien à voir avec ces satanées serviettes hygiéniques !

Presque 15 ans du port du tampon avant de me rendre compte que c'était pas le top pour moi. Quand j'ai entendu parler de la cup, j'ai trouvé ça méga cracra l'eau, elle aime ça ! Rien que d'imaginer la vider aux chiottes du boulot tout en parlant avec ma RH qui se lave les mains à côté de moi. NO WAY ! Mais le sujet me restait en tête alors j'ai lu des articles, BEAUCOUP d'articles. Je me suis rendu compte qu'au delà d'être un désastre écologique, le tampon était aussi fabriqué avec des produits chimiques produits chimiques- chatte, chatte - produits chimiques AHEM ! et le tampon favorise la prolifération des bactéries d'où la nécessité de le changer très régulièrement pour éviter des infections sérieuses. La cup, elle, est en silicone chirurgicale TIILT : pas d'infection en vue, TIILT TIILT : à condition de la nettoyer consciencieusement, ça ne pue pas et elle dure quelques années, jusqu'à 5 ans TIILT : j'ai arrêté de fumer, j'ai arrêté les tampons... mais... mais... je vais être riche !!?!!

Bref, il a fallu que je rencontre Sophia, une collègue qui porte la cup depuis 1 an et qui n'a aucun tabou sur les ragnagnas. Elle m'a parlé de son expérience pendant 30 minutes, j'ai posé toutes les questions pratico-pratiques qui me passaient par la tête, même les plus stupides et même celle de savoir si on pouvait perdre sa cup en déféquant. Petit à petit, elle a fait son ninja de l'info : elle a donné un bon coup de pied dans toutes mes craintes, me rassurant sur l'utilisation de la cup et non, on ne perd pas sa cup en faisant caca. J'étais presque décidée à aller m'en acheter une le soir même mais j'ai eu un cours de licorne aquatique alors tu comprends...

L'idée à continué de germer. 6 mois plus tard, je rentrais dans une pharmacie pour acheter ma cup. J'aurais pu l'acheter sur les Internets mais me la faire délivrer par une personne physique, capable de me donner les derniers conseils m'a rassurée. Comment ça j'suis parano ? Pour info, jai acheté la Claricup. Quand Mon-mec est tombé sur ma cup à l'appart en train d'être stérilisée dans la casserole, il m'a d'abord demandé pourquoi je faisais cuire un entonnoir. J'aurais dû prendre sa tête de dégoûté en photo quand je lui ai expliqué à quoi servait cet "entonnoir". En même temps, tu seras bien content que j'utilise ce truc dégueulasse quand il me sauvera la vie et que je passerai à côté dun choc toxique ! Mon-Mec, depuis qu'il vit avec moi, il réalise tout ce qu'une femme subit pour être au TOP comparé aux hommes. Il est depuis beaucoup plus reconnaissant à la vie d'être né avec un petit bâton.

 

Capture_d_e_cran_2017_01_18_a__10Le lendemain, le jour J est arrivé. J'ai relu une dernière fois TOUUUTE la notice 3 fois pour être sûre de bien faire. Je vous avoue que j'étais un peu beaucoup stressée : avec le bol que j'ai, j'allais mal la mettre, ça allait être les Niagara falls toute la journée, j'allais avoir mal, j'allais boîter tellement elle me gênerait... Faut dire, tous les témoignages le disent : il faut bien placer la cup sinon elle est inefficace. Pas aussi haut qu'un tampon mais pas trop bas. Je vous jure que ça me paniquait vraiment parce que je n'avais qu'une peur : qu'elle ne soit pas du tout placée au bon endroit. Au moment de m'habiller, je me suis méga appliquée pour le pliage de ma cup en "u" ou en tulipe selon votre goût pour les activités manuelles, j'ai ouvert délicatement les lèvres pas celles de la bouche, hein ! et pffiiiooouuut quel bruit charmant !, à peine, rentrée, la cup s'est déployée et s'est placée toute seule ! J'ai vérifié, elle semblait être bien placée, je ne sentais aucune gêne et d'ailleurs c'est à peine si je la sentais. Et comme j'aime vivre dangereusement, j'ai décidé, pour mon premier jour de cup, de mettre une longue tunique blanche... et pas de protection au cas où. #kamikaze

La journée était longue. 1) je ne sentais tellement pas la cup, que j'avais l'impression qu'elle s'était désintégrée comme de par magie en moi. 2) je n'avais qu'une image dans la tête : une fontaine au chocolat version lait fraise dans ma culotte. Seule solution pour me rassurer : aller verifier toutes les heures que tout soit OK. Et tout était OK même ma tunique blanche !

Les heures allant, je devais accepter la réalité : cette première fois a été un succès. Mais la deuxième partie du job délicate s'annonçait et je commençais à angoisser : retirer la cup. J'ai eu autant de conseils pour retirer la cup qu'il existe de sortes de cups. Beaucoup m'ont dit pour la première fois de me mettre dans la douche pour éviter de repeindre la salle de bains Toi aussi tu as l'image en tête ? Je commençais à me faire des films, tu me connais... mais si la cup était rentrée, fallait bien qu'elle ressorte. Et si j'étais l'exception qui confirmait la règle ? Et si je devais me pointer à l'hosto pour me faire retirer une cup récalcitrante, la première de l'histoire ? On parle quand même d'une nana qui a failli appeler les pompiers car sa main est restée coincée 1 heure dans la poignée de l'aspirateur !

C'est donc dans ma salle de bains que je me suis retrouvée dans une position chelou : jambes fléchies, la droite appuyée sur le panier à linge sale, à contracter le ventre pour détendre tous mes organes, une main dans la scnek à chopper la petite tige... Un coup, deux coups et Pfffiioouuuuttt, la cup est ressortie ! Bon, je n'ai pas pu m'empêcher de regarder à l'intérieur et je me suis dit : "tout ça pour ça ?". Et ouais les meufs, vous verrez qu'en fait, on fait toute une montagne des règles pour quelques gouttes. Mais ça, soyons claires, ça reste entre filles OK ? On va continuer à se plaindre et à se faire bichonner !

Pour résumer, le premier jour a été nickel pour moi. Je me demandais même pourquoi tout le monde faisait tout un foin de la cup ! Jusqu'à ce que j'arrive au 2ème jour. 2ème jour où j'ai dû l'enlever 3 fois et la remettre autant de fois pour qu'elle soit bien placée. Après le boulot, IDEM ! Et ça me faisait déjà beaucoup moins rire la cup surtout quand on sait que Mon-Mec avait invité des potes et que la porte de la salle de bains ne ferme pas à clé. Le soir, rebelote ! Et plus j'essaye d'affilée, plus j'ai du mal à la faire entrer car c'est plus sec. Je pense donc m'acheter un petit lubrifiant à l'eau pour les fois où ça arrive. Et alors, le matin du 3ème jour, la cerise sur la Garonne : j'ai eu le droit à la fameuse fontaine lait fraise dans la culotte le matin ! Youpi !

Je tiens tout de même à vous rassurer : à part la période du 3ème jour où mes ovaires font un gang-bang et où je dois faire plus attention, la cup c'est comme le cheval, c'est génial ! J'en suis ravie ! Il suffit juste de se faire  la main et de trouver, la bonne position, les bons gestes et tout se passera super bien.

Et comme j'aime vivre dangereusement et que je suis une vraie reporter d'investigation, j'ai testé pour vous les situations de l'extrême avec une coupe menstruelle pour voir si, oui ou non, la cup est géniale jusqu'au bout :

Faire du sport avec une cup : rien que le premier mois, sur 5 jours, j'ai TOUT fait avec ma cup. On ne va quand même pas s'arrêter de vivre de peur que ça fuite, que ça coule, que ça se déventouse ! Nan-mé-oh ! Du coup, crossfit, zumba, running et badminton et ouais, je suis une meuf trop sportive en plus d'être une fille géniale... J'ai conservé toutes mes habitudes, pas question d'annuler ! Et la cup est restée bien en place. A savoir : ma cup est assez rigide, si vous en choisissez une trop souple, je ne suis pas sûre qu'elle soit adaptée pour la pratique du sport.

Une journée en vadrouille avec une cup : avec Mon-Mec, nous avons décidé de partir toute une journée en vadrouille dans les Flandres. Nous sommes partis après le petit déjeuner et revenus à la nuit tombée. Tu t'en doutes, j'ai donc du changer ma cup une fois en fin de journée. J'étais pas hyper sereine à  la base parce que c'est la première fois que je le faisais hors de chez moi et qu'il n'y aurait sûrement pas de bac à linge sale dans les toilettes pour mettre ma cup comme j'en ai l'habitude. Finalement, c'est au chaud dans un adorable petit café que Mon-Mec m'a payé l'apéro que j'ai changé ma cup. Direction les toilettes : par chance, c'était assez propre et il y avait de PQ ! Manque de pot : le lavabo pour rincer ma cup était à l'extérieur. Tel un commando, je suis sortie des WC, ma cup à la main, jettant un oeil dans le sas à lavabos. Personne. Je me suis donc dépêchée pour rincer ma cup, l'essuyer avec soin et j'ai couru me renfermer dans la cabine. Bon... C'est quand même beaucoup moins confortable qu'à la maison mais c'est faisable !

Etre bourrée avec une cup : et oui, quand je vous dis que je me mets dans toutes les situations les plus extrêmes pour vous ! Samedi soir : grosse teuf ! Ma cup et moi, on est de sortie ! Heureusement, je n'aurais pas besoin de la changer au cours de la soirée. Les verres allant, je me retrouve légèrement pompette complètement bourrée en rentrant chez moi. Par un excès de zèle, je pense à changer ma Cup. Autant vous dire que dans ce cas là, on ne rencontre aucun problème pour détendre les muscles afin de retirer la cup. En revanche, vous aurez sans doute à faire face à un souci de dextérité et de titubation. Le plus comique dans l'histoire : c'est que je commentais tout ce que je faisais à haute voix. Une vraie notice sur pattes ! A cause de mon état, j'ai mis 10 minutes à faire ce que l'on peut faire en 2 ou 3 à peine mais, la mission a été remplie avec succès ! J'ai même réveillé Mon-Mec ronflant de toute son âme dans le lit pour lui dire "Mec, j'ai réussi, j'ai réussi !". #grandmomentdesolitude

Vous l'aurez compris, je survalide la cup et mon premier cycle s'est passé à merveille. Si vous avez besoin de lire ENCORE un billet avant de vous lancer j'peux rien dire, j'ai mis 6 mois, j'ai trouvé celui de Leaaax très bien fait, avec quelques conseils d'utilisation bien choisis en fin d'article, alors allez voir !

N'hésitez pas à partager en commentaire votre expérience de la CUP ou à nous dire si vous avez des craintes, on pourra en parler entre nous, juste entre nous.

Pluie de paillettes sur la cup !!