Aujourd'hui enfin, quand j'ai écrit ce billet - c'était peut-être la semaine dernière, j'ai vu une bande annonce et j'ai pleuré. Pas pour la beauté des images, pas pour le côté grandiose du film mais bien pour ce que ça évoque en moi.

On parle des Malheurs de Sophie.

les malheurs de sophie

Petite fille, j'étais fan d'une version médiocre en téléfilm. Feu Grand-père avait eu le malheur oui, oui, il a regretté de l'enregistrer pour ses nombreux petits enfants. Grand-père, on devait le voir 1 fois par an, parfois 2. Et dès qu'on arrivait dans sa grande maison normande, on se précipitait dans le salon. On sortait les grands poufs rouges, on s'affalait et on criait :

"Paaaapyyyy-qu'on-naiiiimmmeee, tu veux bien nous mettre un film ?

- Vous voulez quoi les cocottes ?

- Les malheurs de Sophie !!!!!!!!"

**mine dépitée de Papy**

Il a dû maudire un bon nombre de fois le jour on est nées il avait voulu nous faire plaisir. Et même si dès qu'on repartait chez nous, il s'empressait de cacher la cassette, on n'oubliait jamais ce film et il était bien obligé de le ressortir à chaque fois qu'on revenait, dépité. Avec ma soeur, on a dû user la bande. Les après-midi pluvieuses ce qui, entre nous, n'arrive JAMAIS en Normandie, on le regardait en boucle. Au grand désespoir des adultes.

Nous sommes devenues adultes. Pourtant, nous n'avons jamais oublié le film. J'ai toujours voulu le revoir. Papy disait qu'il avait dû enregistrer un épisode de Derrick dessus depuis ou qu'il l'avait balancée au feu, il ne savait plus. On était grandes maintenant et j'étais quand même un peu triste. Et puis, mon grand-père est décédé. Mon père a dû s'occuper de trier, vider, ranger, une partie de la grande maison. Devinez ce qu'il a trouvé !

...

La fameuse cassette des Malheurs de Sophie ! Ca été jour de fête dans mon coeur alors que je n'avais pas encore tout à fait fini mon deuil. Le filou, il l'avait gardée précieusement tout ce temps. Il savait qu'elle nous reviendrait une fois qu'il serait parti. Seulement, à l'ère du téléchargement et du DVD, pas évident de regarder un VHS. Heureusement, Super-Papa a sorti ses muscles et a trouvé un vieux magnétoscope. Au Noël suivant, il nous a assises dans le canapé, ma soeur et moi et a lancé la projection.

Nous avons été sidérées. Sidérées par la médiocrité du téléfilm. Sans prendre de gants, je dirais qu'on se faisait royalement chier ! Mal joué, pauvreté du scénario, long, très looong... Le téléfilm avait pris un coup de vieux et a vite, très vite dégringolé dans l'échelle de la superitude de ce qu'on avait gardé en tête. Moi qui me faisais une joie de le revoir...Comme quoi les souvenirs d'enfance... Mon père était aux anges. Il riait de bon coeur en voyant nos mines dépitées :

"Vous comprenez notre douleur maintenant ?"

Le petit frère, d'une autre génération, était complètement stupéfait du soit disant chef-d'oeuvre dont on lui avait tant parlé... Dans tous les cas, ce soir là, on était heureuses de revivre ce moment. Même s'il n'y avait pas Papy. Même s'il n'y avait plus les poufs rouges...

lesmalheurs de sophie2

Aujourd'hui, par hasard, je lis sur Facebook un article sur les Malheurs de Sophie qui annonce la sortie du film le 20 avril avec Anaïs Demoustier et Murielle Robin. J'ai appuyé sur lecture. J'ai versé ma petite larme pour chaque mot écrit au dessus. Je ne suis pas triste. C'était une larme de joie. De souvenir.

Et tout simplement, je pense que j'irai le voir.

 

Et toi, il y a un film qui a mal vieilli pour toi ?