Avoir ses règles, ce fléau  !

Bah quoi ? Tu en connais beaucoup des nanas qui crient de joie tous les mois quand elles tachent leur culotte ? Sauf quand elles pensaient être enceintes, parce que tu comprends, elle avaient du retard et que bon, ça les rassure parce qu'elles ne sont pas prêtes, pas tout de suite, tu comprends.... Les connasses ! Bah quoi ? Toi tu n'as pas vu une verge depuis 6 mois Google images ça compte pas !, tu as la chatte qui te démange, les hormones en foufelle, tu bandes dès que tu vois un torse, tes parents te demandent chaque semaine quand tu leur feras des petits-enfants.... Alors les craintes de maternité des autres, tu t'en trifouilles l'escalope !

Juco3

OUI, depuis aussi longtemps que je m'en souvienne, les règles, ça a toujours été un calvaire. J'ai eu les vendanges tardives pour ma part. Fin de collège. La veille du gala de danse le plus important de ma life. Tu vois le tableau ? Ma mère a fait la danse de la pluie, elle n'y croyait plus. J'ai bien cru qu'elle allait envoyer un faire-part à toute la famille.  Elle m'a fait le laïus d'une mère à sa fille qui devient femme. Evidemment, pas très précoce sur le coup, je savais tout. Mes copines m'avaient déjà tout dit. Les techniques, les angoisses, les odeurs... Ca m'avait l'air d'être l'épopée du siècle.  Et meme si je passais pour une gamine pas formée au près des autres filles, je n'étais pas vraiment pressée de les avoir. Ca donnait pas envie tout ça... Alors j'ai laissé faire ma mère à qui ça avait l'air de tenir à coeur de me dire des horreurs sur ce sang qui allait me couler dessus 5 jours par mois tout le temps de ma féminité. En y repensant, j'aurais peut-être mieux fait de l'arrêter si j'avais su ce qu'elle allait faire ensuite.

Je vous laisse deviner...

Faites un effort.

Le supermarche. Tout à  fait. 

Parce que le stock de serviettes, protège-slip on revient 2 sec sur l'horreur de ce terme ? Période pas glam, mot pas glam ! et tampons destiné à ma soeur et à elle et qui aurait pu éponger la Méditerranée entière ne suffisait pas. Il fallait que j'aie LE MUST de la protection pour que je sois à l'aise. C'est donc au rayon hygiène feminine de Cedico que j'ai eu le droit au cours le plus humiliant de toute ma vie. Les différentes serviettes, les histoires de flux, les préfèrences sur les marques, les façons de positionnement... sous l'oeil amusé de TOUS les clients du magasin, accessoirement TOUS les gens de mon quartier. La caissière aurait pu faire un appel micro, ça aurait été pareil :

"La maman de la jeune Paula est heureuse de vous annoncer l'arrivée des ragnagnas de sa fille !"

Mais bon, ça faisait plaisir à  ma mère. 

J'ai donc dansé à mon gala avec une couche énorme dans la culotte. Il n'y a que ceux qui n'ont jamais mis de serviettes hygiéniques #leshommes qui ne savent pas a quel point c'est désagréable de sentir cette faluche hygiénique sur laquelle s'egouttent petit a petit vos mentrustations. Imaginez donc en porter pour la premiere fois sous le feu des projecteurs.

Est ce que ca se voit ?
Est ce que tout le monde a remarqué que j'avais mes règles ?  
Les premières  ? Est-ce que je vais devoir arrêter la danse l'année prochaine ?
Est ce que je vais devoir changer de bahut l'année prochaine  ?

Jai tellement eu peur d'avoir une fuite en public que j'ai dansé de façon ridicule, avec de tous petits mouvements de sorte que celui qui n'avait pas compris que j'étais réglée aurait pu le lire sur ma face. Bwef.

J'ai mis des serviettes quelques mois dans l'espoir secret de passer aux tampons. Mais la vierge et l'angoissée que j'étais n'arrivait pas à les faire entrer. Et c'est pas faute d'avoir lu, relu et rerelu la notice. Bien se détendre j'aimerais bien les voir se détendre les mecs qui ont écrit ça, respirer, se mettre debout, se pencher un peu et fuuuit ! Plus facile à dire qu'à faire. Un jour, j'ai cru savoir les mettre. Oui, j'ai cru. Parce que ce n'était pas le cas. Je marchais comme un cowboy. Ils étaient mal enfoncés et me faisaient un mal de chien jusqu'au jour où  fuuuuiiiit, comme sur la notice, c'est rentré tout seul.

Bon. J'ai eu des ratés. Comme cette fois où j'ai changé de tampon un peu saoule et que javais omis denlever la petite coque en plastique sur la partie supérieure du tampon. Ou cette fois je l'ai mis à l'envers. Croyez moi, c'est pas easy a retirer sans ficelle.

Et puis c'est toujours un peu tabou de parler de ses regles quand on a 15 ans. Ca ne devrait pas mais on a un peu honte de les avoir. On devrait être fières de les avoir et on devrait pouvoir crier sur tous les toits qu'on est des femmes et que tout fonctionne parfaitement ! Mais non. A la place de quoi quand un prof me demandait pourquoi j'étais en retard, je n'ai jamais osé lui répondre, eyes in the eyes :

"Scuse mec, mais 3 chiottes pour que 250 nanas changent leur tampon en 5 minutes, cest un peu lég', tu ne trouves pas ?"

Là,  où je suis la plus fière, c'est que je n'ai jamais eu d'accident. Public, je veux dire. Evidemment, je me suis déjà levée le matin précipitamment en criant "et merde !" a en faire tremper mon bas de pyjama dans du savon de Marseille. Je pense que j'aurais été ma BFF temporaire du collège dont je tairai le nom couccou Fanny, je serai partie vivre dans une grotte au fond de la Mongolie. Après un cours au CDI sur la façon de ranger des livres #coursinutile #bahparordrealphabetiquenan, elle s'est levée de sa chaise, le jean tout rouge. On a essuyé sa chaise avec des Kleenex qu'elle a fourré dans son Eastpak ensuite pour que personne ne les retrouve #bonjourlesodeurs et a passé les 4 dernières heures de cours son manteau noué autour de la taille comme une boloss #tropscred.

 

Mitsuko Nagone12

 

Aujourd'hui, je suis un peu comme dans la pub, Dame Nature je la fuck avec mes tampons. Je gère  nickel. Jsais même anticiper, t'as vu ! Et quand je reçois ma première décharge dans le bas ventre et oui, les gars, ca fait mal - mais c'est pas pour ça qu'on est désagréables, je regarde mon vagin et je lui dis "allez au boulot mon coco !"

J'en profite pour dire fuck à cette pote qu'on a toutes et qui ne peut s'empêcher de sortir à tout va :

"Les règles?  Oh moi ca va, je ne les ai que 2 jours"

Pute.

Et je remercie celle qui morfle 10 fois plus que moi, incapable de sortir, tellement chiante pendant 5 jours qu'elle hiberne chez elle en mangeant du pop corn devant les Chtis à Hollywwod. Ca fait un peu de bien de savoir qu'on n'est pas si mal lotie. Cest moi la pute.

Enfin, je dirais que durant cette période, faut quand même être mega armée logistiquement parlant. Faut penser a emmener 40 000 tampons avec soi au cas où ton verre s'éternise même si clairement c'est pas ce soir là que tu vas pecho - on se le dit toutes - ou alors vous êtes crado. On prévoit une pochette pour ranger les tampons afin d'éviter quils ne se fassent la malle sous les yeux de ton interlocuteur quand tu sors ton agenda de ton sac. Hein Paula ? Tu mattes toujours où sont les toilettes en arrivant dans un nouveau lieu avant même de savoir quelles bières ils servent et ca pour une chti, cest un défi. On décide du programme autrement : on évite les festoches, on ne programme pas de réunions de plus de 2h, on prie le soir pour que le tampon dure toute la nuit sans encombre....

Sur cet article plein de glamour, je te quitte avec une video hilarante sur les mystères qui planent sur les règles des filles selon les hommes. Juste le temps pour moi d'aller changer de tampon....

 

Et toi, les règles, c'est tabou ou pas ?

*Photos Juko et Mitsuko Nagone