Ouais carrément ! 

Petite, j’aurais aimé inventer quelque chose. Inventer un truc qui aurait chamboulé la vie des gens, qui les aurait aidé ou qui leur aurait simplifié la vie. Malheureusement, je n’ai jamais eu l’Idée magique qui aurait changé ma vie à tout jamais. 

Et puis cela n’aurait pas été tout d’avoir une idée, encore aurait-il fallu concevoir mon invention. Et ça, crois-moi, ce n’était pas gagné non plus ! #JaiDeuxMainsGauchesBonjour 

Du coup, je me contente d’apprécier les inventions des autres et je dois bien l’avouer : il y en a qui m’auraient sauvé la vie. 

Le réveil qui fugue

 

Image 1

Si tu te rappelles bien, je suis atteinte du syndrome des 5 minutes encore. 5 minutes qui se révèlent en fait être 1h40 certains jours (record battu) pour m’extirper de mon lit. 

J’ai bien essayé de mettre mon réveil à l’autre bout de la pièce et d’être obligée de me lever pour aller lui fermer sa gueule lui clouer le bec mais je dois dire que ma fainéantise du matin m’a vite rattrapée et a voulu croire en ma bonne volonté. #GrossièreErreur

Du coup, je me dis que la solution pourrait être le réveil fugueur. Il sonne puis se barre en courant roulant. Pas d’alternative : pour l’arrêter, il faut se lever.

Les pinces à chaussettes

Image 1

 

 

Bon, ma réputation est déjà faite (surtout sur Intasgram : demandez paulasmack) : j’ai du mal à porter deux chaussettes identiques aux pieds. Par fantaisie ? Pô du tout. Mais j’ai les chaussettes qui se font la malle dans la machine et du coup, je ne retrouve pas forcément les bonnes couleurs quand j’en ai besoin (car n’allez pas croire que je m’enquiquine à essayer de les associer par paire, quand elles sont sèches, HOP, toutes dans le panier à chaussettes). Evidemment, ça exaspère ma mère, ou plutôt, cela a toujours exaspéré ma mère qui m’a même offert une paire de chaussettes à Noël (si,si) en me demandant de les laisser à deux le plus longtemps possible. 

Bon, évidemment, je ne dirai pas à ma reum que ces chaussettes vivent déjà leur vie chacune de son côté. Alors j’ai pensé à investir dans ces petits morceaux de plastique qui permettent de garder les chaussettes par deux pendant le lavage et d’éviter de faire le tri pendant des plombs ensuite.

La machine à cure-dents

 

Image 2

Si on part du constat identique que celui qu’on peut faire dans les bars, on se dit qu’un pot à cure-dents est aussi dégueulasse qu’une petite assiette de cacahuètes. On ne sait pas combien de mains sont déjà passées dessus (les gens jouent beaucoup avec les cure-dents et les remettent dans le pot) et si les gens avaient les mains propres ou les mains pleines de microbes et de traces d’urine. 

Moment glam de la journée, bonjour ! 

Bref, en plus d’être amusante, la boîte distributrice de cure-dents me semble essentielle (surtout pour un truc qui va aller visiter notre bouche) à condition BIEN SUR que celui qui remplit la boîte des petits bâtonnets ait les mains propres AUSSI !

 

Le stylo-couvert

Image 3Image 4

 

 

 

Ah ! Sacrée invention qui m’aurait rendu service plus d’une fois !

Ne vous est-il jamais arrivé d’arriver au boulot, fièrement, avec votre déjeuner dans une de ces boîtes en plastique et de vous rendre compte, une fois à table que vous n’avez pas pris de couverts ? Alors on fait quoi, hein ? On attend que Micheuline finisse sa purée pour lui emprunter sa fourchette (a t’on vraiment envie de manger avec la même fourchette que Micheuline ?), on mange avec les doigts, on boit son déjeuner, pire... on ne mange pas ? 

Tout simplement, on va chercher son stylo. Le capuchon/fourchette et le capuchon/couteau vous permettent de manger en même temps que Micheuline. Et n’est-ce pas une charmante compagnie ? Humm ! 

Il n’y a plus qu’à prier pour le stylo ne fuie pas ! 

La cagoule/oreiller

 

Image 5

Tu le sais, je suis une adepte de la micro sieste et il m’arrive, quand même les morceaux de scotch sur mes paupières ne parviennent plus à faire leur boulot (ndlr : maintenir mes yeux ouverts) de m’adonner à une micro sieste dans les toilettes. 3-4 minutes tout au plus. 

Je me dis que si j’assumais pleinement, je pourrais ramener ceci au boulot. La cagoule-oreiller. Celle qui t’isole des débats philosophiques de Micheuline (après le déj’ Micheuline aime parler de tout, de rien, et surtout de rien d’ailleurs), celle qui a l’air si douillette, celle qui te permet un endormissement rapide comme une sieste à la maison. 

Et toi, il y a un truc qui te sauverait la vie ?