people

 

 

Préface : Tout au long de cet article je vais dire « tu » en espérant que cette situation nous soit commune.

 

Que ce soit ta commande Zalando, ton swap beauty, ta commande de bouquins, tes chaussettes oubliées chez Mère-Grand, le facteur a ce petit côté vicieux qui consiste à s’exciter sur la sonnette sonner chez toi alors que tu es nue dans ta douche, le shampooing en train de poser, la mousse qui pique tes yeux.

Et puis faut dire le bruit de cette sonnette est tellement douce. Cela pourrait être une jolie mélodie du bonheur qui te rappellerait un jeté de pétales à la sortie de l’église pour un mariage (oui, j’ai la musique très évocatrice). Non. Ta sonnette elle, elle… gueule. Il n’y a pas d’autre mot. Une sorte de grésillement comme si ton appart se prenait une décharge d’un million de volts. Tu vois le genre ?

Dans ta tête tout se chamboule. Tu sais bien évidemment que c’est le facteur. Tu essayes de savoir ce qu’il vient te livrer. Tes chaussures ? Le swap ? Une lettre de licenciement par recommandé ? Non, tu ne peux vraiment pas laisser attendre. Tu dois savoir.

people2

 

C’est donc la tête enshampouinée (comment qu’on dit ?) que tu défonces la porte de ta douche que tu enfiles à la hâte un peignoir de bain, que tu t’emmêles avec les manches et que tu ouvres ta fenêtre. Ah oui, parce qu’il faut savoir que tu n’as pas loué un appartement comme tous les autres, avec un interphone qui permet de savoir qui sonne chez toi et de le laisser entrer. Non. Toi,  ton interphone, c’est ta fenêtre. Tu penches la tête tout en sachant que tu ne vois RIEN. Bah oui, le shampoing, tes yeux, tu ne vois pas la corrélation ?

« Un colis pour Mademoiselle Smack ! »

« Une minute, je descends ».

Bah oui, faut descendre, tu ne crois tout de même pas que tu peux ouvrir la porte de l’immeuble depuis chez toi ?

Ta main passe vite sur tes yeux pour que tu retrouves la vue. Tu réalises alors que tu as foutu de l’eau PARTOUT comme si tu avais emmené la douche avec toi et tu t’es penchée à la fenêtre sans doute les boobs à l’air. Il doit être happy le facteur. Calme-toi Jean-Marc, s’il te plaît !

C’est donc toute mouillée que  tu enfiles un pantalon de jogging (à l’envers), un tshirt au pif (le petit top avec une tache de raclette dessus et au décolleté plongeant). Sexy look, je ne raconte même pas !

Et tu descends les deux étages en courant comme une dératée, tu rates une marche, puis deux, tu fous encore de l’eau partout. Face à la porte, tu reprends ton souffle, tu essayes de replacer tes cheveux. Merde ! Tu as encore le shampooing sur la tête. Tu ouvres la porte les mains pleines de mousse.

« Excusez-moi de vous avoir fait attendre. »

Toute personne normalement constituée aurait dit :

« C’est pas grave. Je suis désolé également : j’ai interrompu votre douche… »

Tu en conviens ?

Non. Jean-Marc a rien dit et avait DE SUCROIT un air exaspéré qui a vite laissé place à un petit sourire malin quand il a vu que le shampooing commençait à couler dans le décolleté du haut à raclette.

« Efface tout de suite ce rictus de ta bouche, Jean-Marc. »

 

people1

 

M’en fous, il n’est même pas beau Jean-Marc. Il ne mérite même pas que tu l’accueilles en reine de beauté. Tu remontes alors. Au lieu de te dessaper et de poursuivre ta douche, non, toi, tu décides de continuer à inonder tout ton appart et d’essayer tout de suite les merveilles de chaussures que tu viens de recevoir.

Issue de notre collection Automne/hiver 2013, cette paire de mini boots perchée sur 10 cm de talons est idéalement portée avec un jogging Asics, un top à raclette et une coiffure négliglée/contrôlée à base de shampooing pour cheveux colorés.

On est en droit de se demander pourquoi dans ce genre de situation on ne ferait pas semblant de ne pas être là (comprenez arrêter tout mouvement, même sous la douche, on ne sait jamais des fois qu’il nous voit) et on n’irait pas chercher à la Poste tout simplement le fameux colis. Tout simplement ? Vous avez dit tout simplement ? Parce que tu travailles, bordel. Et arriver à un bureau de Poste ouvert est une joie s’apparentant à celle de gagner au Loto. Tu vas mettre 15 jours pour parvenir à aller chercher ton colis. C’est No Way. Les chaussures risquent de s’oxyder dans le carton. Tu ne leur ferais jamais ça !

C’est la quatrième fois (pas moins) que ça t’arrive. Il doit aimer ça, Jean-Marc, te voir au saut de la douche. Le vicieux !

La morale de cette histoire : arrêtons de nous doucher. Ouais, carrément !