Julien Mauve8

 

Ouais, (parfois) j’ai du mal à savoir si je regrette de ne pas être en couple ou si je suis contente d’être célibataire. Par exemple, je suis heureuse de ne pas devoir partager mes yaourts à l’abricot. En même temps, après le dessert, je trouve ça douillet de se lover contre un homme dans le canapé. Dilemme… Arriverais-je un jour à faire un vrai choix entre les abricots et les hommes ? 

Pareil, quand je vais me pieuter, c’est tellement bon de décider de dormir en diagonale, de pouvoir faire l’ange dans le lit sans se prendre des remarques, se faire piquer la couette, se manger un coup…. Parallèlement, la vie à deux, elle coûte quand même, nettement moins cher. Bah si, regarde : les cordons bleus sont vendus par deux (cimer ! faut en bouffer deux jours de suite), le loyer est à diviser par deux (ça fait combien de paire de chaussures chez le chinois en plus tout ça ?), pareil pour les impôts, l’assurance, le gazole… 

En même temps, je suis libre. Je n’ai pas de contrainte. Pas besoin de consulter l'agenda de l'amoureux et ses états d'âme pour savoir SI J'AI LE DROIT (aberrant soit dit en passant) de sortir ou si ça le tente... D’un autre côté, le fait qu’il soit obligé de me faire régulièrement des cadeaux simplement sous prétexte que je suis une fille géniale me séduit fortement. 

Quand les jours de blues, seul mon canapé trouve grâce à mes yeux, je peux totalement me laisser aller. Loquer en jogging devant un épisode de HIMYM, le cheveu sale et sans même m’être lavé les dents. A l’aise, personne ne saura ! D’un autre côté, quand c’est sale chez moi, c’est forcément de ma faute. Du coup, c’est forcément à moi d’astiquer. Le partage des tâches, un idéal pour moi. 

Chez moi, il n’y a pas de tension du coup. C’est difficile de s’engueuler avec soi même. Y compris pour des broutilles. Même quand tu y mets la meilleure volonté du monde. Mise en situation :  Paula, je t’ai DIT HIER de bien REFERMER le BOUCHON du DENTIFRICE. Quand est ce que tu vas te le FOUTRE dans le CRANE ??? Paula ??? C’est toi qui a mangé les Knakis Balls ? Tu abuses ! Je les avais gardées pour ce soir. A contrario (ouais, j’ai 40 ans et alors ?), il y a des fois où, quand même, je délèguerais bien quelques doss quand je n’ai pas envie de les faire. Au pif ? Changer une ampoule ! 

Sinon, le soir, tu peux débarquer chez moi (enfin, assure-toi que je sois là avant, tu auras l’air bête sinon), il n’y aura JAMAIS de soirée foot. Version déclinable avec les jeux vidéos. Au pif ? GTA. Ouais, parce que tu wois, chez moi, la chef de la télécommande… (mouvement de tête pour replacer mes cheveux d’une allure sensuelle) C’est MOI, toujours moi. ADLP, Coup de foudre à Notting Hill, Un dîner presque parfait… C’est moi qui choiz’ ! Par contre, quand tu pars en week-end entre amis, tu ne te sens jamais la cinquième roue du carrosse. Tu sais celle qui râle pour aller en ville le soir, dans des bars, voir du monde, pécho… ? 

On ne me fera jamais le reproche d’avoir sauté un tour d’épilation. Je pique si je veux, OK ? En étant réaliste, un amoureux c’est bien aussi pour ne pas rentrer seule la nuit. 

Soyons honnêtes, faut voir le bon côté des choses : je ne me fais pas larguer. En même temps, je ne dirais pas non à un ou deux petits câlins de temps en temps.

*Photo Julien Mauve